Arrêter de fumer grace à l'hypnose 62

Patients qui ont cessé de fumer définitivement grâce à l'hypnose.

L’arrêt du tabac par hypnose repose sur le mécanisme de la suggestion et le concept de l’empreinte. Il existe en chaque fumeur une part qui désire et a toujours désiré se délivrer un jour du tabac. Le thérapeute amplifie cette part, si infime soit-elle. Il donne l’avantage à des pensées et à un discours différents qui redonnent à la personne une sensation de liberté. Diverses suggestions sont délivrées pendant la séance d’hypnose pour arrêter de fumer. Le patient se saisit de celles qui sont, pour lui, les plus mobilisatrices. Par exemple, l’association tabac-nausées, le plaisir de respirer, le désir de se débarrasser d’un produit toxique, de vaincre une dépendance ou d’être à nouveau présent à son corps. La qualité de la relation médecin – patient est décisive. Le patient se sent en sécurité. Il échange avec le thérapeute, expose son point de vue, ses peurs. Tous ces aspects doivent être abordés au cours de la séance afin de répondre au mieux à la demande. La technique pour arrêter de fumer par hypnose fonctionne sur les sujets faiblement ou très fortement dépendants à la nicotine. Elle calme les symptômes de manque sévère aux composants du tabac et aux gestes et comportements addictifs.
5 niveaux d’approche différents dans l’arrêt du tabac par hypnose :
         directement au fumeur un changement : le patient n’est plus dans son labyrinthe.
         Modifier la perception du comportement de dépendance.
         Utiliser l’hypnose pour visualiser l’avenir sans tabac.
         Utiliser l’hypnose en technique aversive : tabac = nausée.
         Autohypnose pour autonomiser le patient dans sa démarche.
Une seule séance d’hypnose peut suffire. Mais le thérapeute se sent prêt à accueillir son patient en cas de difficultés et proposer des séances de soutien pour confirmer ou poursuivre le détachement. Si le sevrage n’apparaît toujours pas, il ne sert à rien de multiplier les séances. Il faut attendre quelques semaines avant de renouveler le traitement d’hypnose. L’arrêt brusque et immédiat s’est révélé toujours préférable à l’arrêt progressif. Le patient choisit l’hypnose justement parce qu’il souhaite être débarrassé au plus vite du tabac. Toutefois, de nombreux patients ont besoin d’étapes pour affermir leur décision et s’habituer au changement. Il faut donc assurer un suivi pour améliorer les résultats.

L’entretien individuel préalable est indispensable pour évaluer :
         les liens de dépendance : gestes, drogue, obsession.
         Les motivations .
         L’environnement familial et professionnel (favorable ou défavorable).
Les éventuelles désintoxications précédentes.
         Les risques d’effets secondaires : prise de poids, dépression, anxiété sont les principaux.

On met alors au point les suggestions et la stratégie d’hypnose conduisant à l’arrêt du tabac.
         Tests de suggestibilité.
         Induction en position assise dans un fauteuil.
         Phase de pesanteur.
         Phase d’engourdissement.
         Suggestions thérapeutiques :
                 Valorisantes : avoir en soi la capacité d’exclure le tabac.
                 Aversives : la vue, l’odeur, l’évocation du tabac provoquent aussitôt de fortes nausées.
                 Modifiant le comportement : les gestes, les images du tabac sont oubliés, fumer fait partie du passé.
                 Renforçatrices : redécouvrir le plaisir de respirer, de vivre.
                 Réveil.
         Peu de commentaires.
         conseils hygiéno-diététiques.

Le praticien confie alors au patient une liste de conseils à suivre. Celui-ci se doit d’être vigilant et de considérer l’arrêt du tabac comme un événement trop important pour le remettre en cause. Toute tentative, même éphémère, de fumer est un danger de rechute, même des années plus tard. Le patient doit modifier son environnement, jeter cigarettes et briquet, ranger les cendriers, parfumer son habitation, faire en sorte que le monde dans lequel il évolue ressemble bien à un monde non-fumeur. Ce qu’il désire est cohérent avec ce qu’il vit.

Lire la suite ...      


Arrêter de fumer grace à l'hypnose 62

Articles de presse : La Voix du Nord

17/03/2012 La Voix du Nord

PAR HERVÉ NAUDOT

Arrêter de fumer grace à l'hypnose 62

ECOLE FRANÇAISE D'HYPNOSE

12/11/2014 efh-hypnose.fr

EFH

HYPNOSE Tony Dhalleine


Arrêter de fumer grace à l'hypnose 62

Depuis 7 ans , Tony Dhalleine exerce à Henin et à Lille . A Hénin il a installé son cabinet d'hypnothérapeute au premier étage de Grain de beauté. Petites lunettes et chemise élégante, l'homme n'a rien du gourou que l'on pourrait s'imaginer. Ici, le bien-être est en son royaume. Maquillage , cabines U-V , balnéo , au rez-de-chaussée. Perruquerie et hypnothérapie au premier. Kezaco l'hypnothérapie ? « D'abord une science mal connue et souvent considérée comme quelque chose de magique, réplique le spécialiste. Je suis désolé mais il n'en est rien : c'est un phénomène naturel d'état modifié de la conscience , et être dans cet état s'apprend. »
L’hypnose a été reconnue en 2000 par le Mayo Clinic Proceedings. Elle est utile pour traiter la douleur , aussi bien chronique qu'aigüe, les troubles névrotiques comme la dépression , l’anxiété , les troubles du sommeil , les maladies dermatologiques à la limite du psychosomatique comme l’ezcéma , les douleurs fonctionnelles de l’estomac par exemple , les addictions , notamment l’alcool , et les troubles de la sexualité. En fait, elle a une action sur tout ce qui est douleur , souffrance et inconfort. Elle peut atténuer les effets secondaires des chimiothérapies et favorise incontestablement une meilleure immunité.